Jubé de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges

Publié le



Jubé.

Dès le Xe s. se généralise le principe d’une clôture monumentale séparant dans la cathédrale, le chœur des chanoines de la nef réservée au peuple chrétien. Comme seule les lectures de l’office divin et de la messe étaient proclamées devant les fidèles, le clôture servit naturellement d’ambon pour celles-ci, voir de lieu de prédication. Véritable tribune qui séparait le chœur liturgique de la nef populeuse, le jubé reçut son nom de la forme liturgique : jube, domne, benedicere, ordonne, seigneur, de [me] bénir, prière par laquelle le lecteur des textes sacrés demandait au président de l’assemblée, évêque ou prêtre, de lui permettre de lire et de lui donner sa bénédiction.

Les pratiques liturgiques se modifiant, le clergé décida de supprimer ces murs et leurs décors qui, non seulement ne répondaient plus à la pratique, mais la gênaient. Les pierres de ces jubés détruits purent être réutilisées dans le bâtiment ou enterré dans l’enceinte de l’édifice.

Le jubé de la cathédrale de Bourges est connu par ses 480 vestiges, dont partie sont exposés dans cette église, par 4 documents graphiques et le devis de 1653, rédigé à l’occasion d’une restauration.

Date de construction. Vers 1240-1250.

Le jubé est forcément postérieur à la construction du chœur, et peut-être contemporain des 1res travées de la nef. Une chose est certaine, le maître d’œuvre du jubé applique un programme original par rapport aux travaux achevés ou à achever de la cathédrale.

Selon toute probabilité, le jubé fut élevé après la façade Ouest, la cathédrale étant alors presque achevée, soit vers 1240-1250.

Emplacement du jubé.

L’examen des piles du chœur permit de fixer l’emplacement et la hauteur du jubé : les piliers se constituent d’un noyau cylindrique flanqué de 8 colonnettes ; or la colonnette située à l’Ouest du pilier, côté nef, est totalement remplacée sur 6 m 80 de haut ; cette partie de colonnette restituée permet donc d’estimer la hauteur approximative du jubé.

Les ambons qui prirent sa place au XVIIIe s. sont plus bas, si leur hauteur correspond à celle des grilles qui les reliaient, connue par le devis de leur fabrication, soit 15 pieds 6 pouces, soit environ 5 m.

Les 2 retours vers l’Est et le mur du fond sont plus difficiles à restituer.

Publié dans architecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article